Assurer une mission d’examinateur ou d’examinatrice

Examens (DNB, Baccalauréat, CAP…)

En tant que professeur(e), il est possible que vous soyez convoqué(e) pour surveiller ou faire passer un examen. Nous attirons donc votre attention sur les points suivants :

Tout(e) professeur(e) convoqué(e) comme membre du jury  à un examen écrit ou oral est dans l’obligation de s’y rendre. Ceci prime sur toute autre mission au sein de l’établissement, y compris le CCF en voie professionnelle, et sur toute formation éventuelle.

Tout(e) examinateur ou examinatrice, correcteur ou correctrice, doit se conformer aux termes de la convocation qu’il ou elle reçoit.  Les lieux, les dates, les horaires  le nombre de copies et/ou de candidats sont fixés par les autorités académiques  et ne peuvent donner lieu à discussion. Les retards et absences pénalisent le bon déroulement des épreuves.

Tout(e) examinateur ou examinatrice, correcteur ou correctrice est tenu(e) de participer à l’ensemble des réunions du jury qui se tiennent en amont et en aval des épreuves. Il est obligatoire de se conformer aux préconisations du  jury.

Vous devrez vous renseigner auprès de vos collègues ou du chef de centre pour pouvoir consulter les documents officiels de référence : BO, chartes, règlements d’examens, circulaires nationales…

Vous devrez aussi vous renseigner sur les documents à vous procurer éventuellement en amont des épreuves  orales ou pratiques (ex : descriptifs des épreuves anticipées de français…).

 

Attention : des règles déontologiques s’imposent à toutes et à tous. Leur non-respect est une faute professionnelle importante. Ainsi, il convient de respecter une parfaite neutralité et de  faire preuve de bienveillance à l’égard des candidats, de ne pas divulguer les résultats…

Si une situation vous semble problématique (suspicion de triche, problème de neutralité, de comportement, …), vous devez en référer au chef de centre (sans interrompre le déroulement de l’épreuve). Celui-ci est seul habilité à prendre une décision.

 

Document d’évaluation de contrôle en cours de formation (CCF) dans la voie professionnelle 

Selon les épreuves, vous pouvez être amené(e) à renseigner deux types de documents dans le cadre du contrôle en cours de formation (CCF) :

  • les grilles d’évaluation liées aux situations d’évaluation organisées au sein de l’établissement
  • les bilans notés issus des périodes de formations en milieu professionnel (PFMP).

Dans un souci d’équité des candidats, ces grilles ont fait l’objet d’une harmonisation académique au moment de leur conception. Vous devez les respecter strictement.

 

Vous devrez donc veiller à:

  • utiliser les documents validés dans votre académie d’affectation ;
  • renseigner chaque item avec précision voire aider les tuteurs de PFMP dans cet exercice.

Trois points sont particulièrement importants :

  • l’absence de rature ;
  • l’absence de compétences non évaluées ;
  • la signature du professeur et du professionnel.

 

Ces documents sont transmis par les établissements via les DDF au jury de délibération finale qui prend appui sur ceux-ci pour délivrer ou non le diplôme.

Ces pièces du dossier peuvent également être réexaminées dans le cadre d’une contestation par le candidat.

 

De façon générale, ayez toujours le réflexe d’échanger avec vos collègues et équipes pour tout ce qui concerne la préparation et la passation des examens et, au-delà, pour toute question d’ordre pédagogique et didactique.

Les écrits professionnels

Outre les écrits liés à l’enseignement au quotidien (traces écrites au tableau, polycopiés, sujets d’évaluation, annotations sur les copies d’élèves…), il existe plusieurs autres types d’écrits professionnels : le cahier de textes, les bulletins scolaires, les mots dans le carnet de liaison, les rapports disciplinaires, les courriels professionnels.

Ces écrits ont des objectifs et des destinataires différents : les élèves, la direction, les collègues, la vie scolaire, les parents.

Tous ces écrits engagent l’institution autant que l’éthique du professeur. Ils relèvent de ses compétences professionnelles. Ils doivent donc être rédigés dans une langue correcte, être respectueux des personnes, respecter les règles en vigueur dans l’établissement et celles qui s’imposent à un fonctionnaire de l’État. Quel que soit l’écrit, il doit être rédigé de façon réfléchie sans céder à l’urgence.  N’hésitez pas à échanger avec un collègue ou un membre de la communauté éducative pour solliciter des conseils.

 

Le cahier de textes

Il est nécessaire de le remplir très régulièrement. Il favorise une meilleure communication avec les élèves et les familles en permettant aux parents de suivre la scolarité de leurs enfants. Par ailleurs, il est un document à valeur juridique à destination des personnels d’éducation, du chef d’établissement et des inspecteurs.

Découvrez la vidéo : le cahier de textes numérique, un outil d’accompagnement de l’élève.

 

Les annotations sur les copies 

Ces annotations ont une visée formative. Elles doivent être bienveillantes, apprécier les progrès, porter sur le travail de l’élève et non sur sa personnalité. On s’interdit évidement toute remarque discriminatoire ou humiliante.

Toute copie doit comporter une appréciation générale étoffée et des commentaires précis dans le corps de la copie.

Dans l’appréciation générale, les réussites des élèves sont soulignées et les axes de progrès explicitement désignés, avec des conseils pour progresser. Cela permet à chacun d’évoluer selon ses compétences et selon son rythme. Une appréciation généraliste de type « Travail moyen » ou « Doit travailler davantage » est sans utilité.

 

Les bulletins scolaires 

Remplir les bulletins est une obligation de service. Il est impératif de respecter les délais indiqués par l’établissement pour que le professeur principal et la personne qui préside le conseil de classe (chef d’établissement, adjoint ou CPE) aient le temps d’en prendre connaissance avant le conseil.

Un bulletin scolaire est un document officiel qui suit un élève dans sa scolarité. Sa rédaction doit donc être objective et le ton doit rester neutre.

Le bulletin accompagne l’élève dans sa formation. Sa rédaction doit être simple, lisible, bienveillante et constructive. Les remarques  portent sur le travail de l’élève, ses résultats, son attitude face au travail et leur évolution ; elles ne formulent pas un jugement sur sa personnalité ou sur sa vie personnelle. Les appréciations se doivent d’être synthétiques, factuelles et, en collège,  correspondre aux indications du LSU (Livret Scolaire Unique) : « acquisitions, progrès et difficultés  éventuelles ». Elles doivent dégager deux à trois axes de progrès pour permettre à l’élève de travailler selon ses compétences. Elles mettront en avant les compétences acquises par l’élève et celles qu’il doit développer ou approfondir.

On trouve de nombreuses ressources sur la rédaction des bulletins scolaires à cette adresse : https://reformeducollege.ac-versailles.fr/evaluation.

 

 

Les mots dans le carnet de liaison

Il est toujours possible et souvent opportun de garder un carnet de correspondance pour prendre le temps de rédiger le mot dans le carnet avec du recul et/ou en demandant conseil.

Ce mot, quoiqu’à destination des familles, est public et nécessite comme tout écrit professionnel un ton neutre, mesuré, respectueux des familles et refléter une posture éthique. Il a aussi une dimension éducative pour l’élève.

 

Les rapports disciplinaires

Chaque établissement dispose de règles et de documents spécifiques élaborés collectivement, en lien avec le règlement intérieur et le projet d’établissement. Il est important de prendre connaissance de ces règles et des procédures en vigueur dans l’établissement. La plupart d’entre eux a défini un document type qu’il convient de s’approprier et d’utiliser.

Les rapports doivent être factuels, préciser la date, l’heure, la classe, le lieu et les personnes concernées. Ils peuvent être accompagnés de documents tels que copies d’élèves ou autre écrit. Mais en aucun cas il ne convient de solliciter des élèves pour qu’ils consignent  par écrit un incident.

Selon les règles de l’établissement et la gravité des événements, ces rapports doivent être transmis à différents destinataires qui peuvent être : l’équipe pédagogique (professeur principal),  la vie scolaire (CPE) et/ou la direction.

 

Les courriels professionnels 

Les courriels sont des messages professionnels qui, eux aussi, doivent respecter les règles d’écriture et d’éthique déjà mentionnées. Le ton à adopter doit être mesuré, neutre, la langue être correcte. Il faut s’interdire toute remise en question d’une personne ou d’un service de l’établissement, toute invective. Attention ! Leur brièveté et leur immédiateté peuvent les faire percevoir comme  agressifs.

Il faut se rappeler qu’un courriel est un écrit, qui reste, et non une communication orale. Il peut devenir public puisqu’il est transférable. Les courriels ont une valeur juridique.

Des courriels peuvent être adressés à l’équipe pédagogique, à un collègue, à la direction, au directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques (DDFPT), aux parents …

Dans tous les cas, il convient d’utiliser exclusivement votre messagerie professionnelle prenom.nom@ac-versailles.fr ou l’adresse fournie par l’ENT (Espace Numérique de Travail)  de l’établissement.

 

Des guides d’utilisation de la messagerie sont à votre disposition : http://acver.fr/messagerie.

 

Informations administratives : tout ce que vous devez savoir sur votre messagerie professionnelle, votre établissement de rattachement, votre rémunération, vos formations.

Votre messagerie professionnelle

 

Dès votre arrivée au sein de l’académie de Versailles, une boîte aux lettres électronique professionnelle vous est attribuée.

Il est indispensable d’activer et de consulter votre messagerie académique très régulièrement et de l’utiliser exclusivement pour l’envoi de vos messages professionnels.

 

Vos identifiants de messagerie

Le secrétariat de votre établissement vous communique :

  • votre adresse de messagerie (en général prenom.nom@ac-versailles.fr)
  • votre identifiant de connexion (en général initiale de votre prénom suivie de votre nom)
  • votre NUMEN, qui est le mot de passe à utiliser pour votre première connexion

 

Accès au Webmail

L’accès à la messagerie professionnelle s’effectue via l’adresse www.ac-versailles.fr/messagerie.

La connexion à votre Webmail peut également s’effectuer depuis le portail intranet académique @riane : https://ariane.ac-versailles.fr ou depuis la page d’accueil du site académique : www.ac-versailles.fr.

A noter que vous pouvez transférer les messages de votre messagerie professionnelle vers votre messagerie personnelle via Webmail en cliquant sur le menu « Option » puis « Transfert ».

Attention : l’option « conserver une copie du message » est cochée par défaut. Dans ce cas une copie du message est conservée dans votre messagerie professionnelle. Il faudra consulter  et vider régulièrement votre boîte afin d’en éviter la saturation (over quota).

 

Assistance

En cas de difficultés concernant la messagerie nominative académique à usage professionnel, il est possible de s’auto-dépanner via MACADAM.

L’interface MACADAM (http://www.ac-versailles.fr/messagerie) vous permet par exemple de personnaliser votre mot de passe ou encore d’augmenter le quota de votre boîte.

Des guides d’utilisation de la messagerie sont également mis à votre disposition à l’adresse http://acver.fr/messagerie.

 

Votre établissement de rattachement

 

Si votre contrat de travail mentionne un établissement de rattachement, c’est lui qui assure votre gestion administrative (réception des bulletins de paie, des convocations aux formations…).

N’hésitez pas à contacter cet établissement notamment pour un suivi de vos convocations de formation.

Entre deux remplacements, vous devez rejoindre votre établissement de rattachement où vous assurerez des activités de nature pédagogique dans la limite de votre obligation règlementaire de service. Vous n’êtes pas concerné(e) par cette obligation si votre contrat de travail ne mentionne pas d’établissement de rattachement.

 

Votre rémunération

 

Traitement principal et indemnités

Votre rémunération est composée d’un traitement principal défini par un indice de rémunération (indice brut auquel est associé un indice majoré). L’indice est déterminé par le Recteur en fonction du diplôme ; l’expérience professionnelle antérieure est prise en compte uniquement dans la voie professionnelle et technologique.

A ce traitement principal s’ajoutent des indemnités parmi lesquelles :

  • L’indemnité de résidence (ZR) qui compense les écarts de coût de la vie entre les villes se calcule en appliquant au traitement brut un taux variable selon la commune d’exercice Zone1 : 3% – Zone 2 : 1% – Zone 3 : 0%.
  • L’indemnité de suivi et d’orientation des élèves (ISOE part fixe) est versée mensuellement et au prorata de la quotité horaire hebdomadaire effectuée.
  • L’indemnité de professeur principal (ISOE part modulable) est versée uniquement si vous exercez les missions de professeur principal.
  • Les heures supplémentaires : les heures supplémentaires année (HSA) rémunèrent de manière forfaitaire la part du service de l’enseignant excédant de manière permanente sur l’ensemble de l’année scolaire les obligations de service règlementaires. Elles sont versées pour l’ensemble de l’année scolaire d’octobre à juin. La première heure bénéficie d’une majoration de 20%. Les heures supplémentaires effectives (HSE) sont versées dès lors que le service supplémentaire ne comporte pas un horaire régulier (remplacement de courte durée…).
  • L’indemnité REP+ si vous exercez dans des établissements relevant du programme « Réseau Éducation Prioritaire ».
  • L’indemnité en milieu pénitentiaire.
  • L’indemnité pour l’exercice dans un établissement de l’enseignement spécialisé ou adapté.

 

Prestations complémentaires

Vous pouvez percevoir à votre demande et sous certaines conditions les prestations suivantes :

  • Le supplément familial de traitement (SFT) est versé à condition d’avoir au moins un enfant à charge au sens des prestations familiales et de remplir les conditions statutaires. Son montant varie en fonction du nombre d’enfants à charge et selon l’indice majoré détenu. Il est cumulable avec les autres allocations familiales auxquelles vous avez droit.
  • Le remboursement partiel du titre de transport: vous bénéficiez de la prise en charge partielle de votre titre de transport (abonnements annuel, mensuel ou hebdomadaire RATP/SNCF Ile-de-France et abonnement à un service public de location de vélos)

Pour bénéficier de ces prestations complémentaires, vous devez remplir un dossier disponible auprès du secrétariat de votre établissement.

 

Versement de votre rémunération

La mise en paiement du traitement mensuel est demandée à la Direction Départementale des Finances Publiques (DDFIP) dès lors que le service de la DPE2 est en possession des documents suivants :

  • contrat signé
  • procès-verbal d’installation signé en établissement
  • fiche de renseignements destinée à la prise en charge financière complétée et signée (disponible auprès du secrétariat de l’établissement)
  • photocopie de la carte d’identité, du passeport ou du titre de séjour
  • photocopie de la carte vitale
  • relevé d’identité bancaire (RIB)
  • certificat de cessation de paiement (CCP) en cas d’exercice antérieur dans une autre académie ou une autre fonction publique

Ou seulement le contrat, en cas de prolongation ou de renouvellement.

 

La transmission de la paye à la DDFIP par la DPE2 s’effectue un mois à l’avance.

En raison de ce décalage mensuel, le premier paiement s’effectue sous forme d’acompte. L’acompte est un versement partiel de la rémunération (hors indemnités) et représente 75% du traitement principal brut au prorata de la quotité horaire. La régularisation intervient sur la paye du mois suivant. Lorsque vous percevez un acompte, il n’y a pas d’édition du bulletin de salaire le mois de l’acompte. Il est annexé au bulletin du mois de la régularisation, sous la forme d’un décompte de rappel qui fait office de bulletin.

 

Par exemple, si vous avez été recruté(e) le 6/11/2017, l’acompte (représentant 75% du traitement brut) est versé le 28/11/2017 à condition que votre dossier complet ait été reçu par la DPE2 avant le 16/11/2017. La régularisation de la paye est alors effectuée sur la paye de décembre.

Un dossier incomplet ou non transmis avant le 16/11/2017 entraîne un report du versement de l’acompte à courant décembre.

 

Vos droits à congés pour raison de santé

En tant qu’affilié(e) aux caisses primaires d’assurance maladie, vous bénéficiez des assurances maladie, maternité, paternité, invalidité, décès ainsi que des dispositions relatives au temps partiel pour motif thérapeutique instaurées par le régime général de la sécurité sociale.

Sur présentation d’un certificat médical, vous bénéficierez de congés de maladie (envoi du certificat dans les 48 heures au chef de l’établissement où vous exercez) et de maternité sous certaines conditions d’ancienneté et dans les limites suivantes :

 

 

Les prestations en espèces versées par les caisses de sécurité sociale (IJSS) en matière de maladie, maternité, paternité , adoption, invalidité, accidents du travail et maladies professionnelles ainsi que les pensions de vieillesse allouées en cas d’inaptitude au travail sont déduites du plein et demi-traitement maintenu par l’administration durant la durée du congé. Le montant des IJSS est retenu ultérieurement sur le salaire.

Vous devez donc communiquer à la DPE2 le montant des prestations en espèces ou des pensions vieillesse pour inaptitude physique versées par la caisse de sécurité sociale. L’administration peut suspendre le versement du traitement jusqu’à la transmission des informations demandées.

 

Des questions ou des difficultés relatives à votre rémunération ou à votre dossier administratif ? Contactez la DPE2 (service de gestion des contractuels enseignants) ce.dpe2@ac-versailles.fr

 

Votre formation initiale et continuée

 

Outre les formations qui sont conçues spécifiquement pour vous, vous avez accès à toutes les actions d’information, d’animation et de formation à destination des enseignants :

  • réunions d’équipes au sein de l’établissement, qu’elles soient à l’initiative des professeurs, du chef d’établissement ou de l’inspection ;
  • stages collectifs organisés à l’échelle de l’établissement ou du bassin (FIL : Formation à Initiative Locale) ;
  • animations et conférences pédagogiques organisées par les inspecteurs ;
  • stages à inscription individuelle du PAF (Plan Académique de Formation), dans la limite de la clôture des inscriptions.

Vous avez droit à la formation comme n’importe quel enseignant mais il est de votre devoir, d’une part de vous engager dans une démarche de formation et d’autre part d’assister aux formations auxquelles vous êtes inscrit(e).

 

Vous entrez dans le professorat : l’académie se mobilise pour vous accompagner.

Vous avez été recruté(e) pour votre connaissance d’un champ disciplinaire, en lien avec votre cursus d’étude et/ou votre expérience professionnelle ; mais cela ne suffit pas pour devenir enseignant(e) de cette discipline. Il vous faut maintenant acquérir une posture et des compétences professionnelles.

Plusieurs ressources et personnes clés présentes au sein de votre établissement sont à votre disposition pour vous permettre de réussir vos débuts dans le professorat.

Qu’est-ce qu’un tuteur ou une tutrice ?

Un tuteur ou une tutrice est un(e) enseignant(e) titulaire et expérimenté(e) qui a été désigné(e) par votre chef d’établissement et/ou un inspecteur ou une inspectrice de votre discipline pour vous aider à acquérir et/ou développer ces compétences.

Un tuteur ou une tutrice est donc :

 

une personne ressource qui

  • vous fait découvrir la vie de l’établissement (règlement intérieur, calendrier des temps forts …) et les acteurs de l’équipe éducative ;
  • vous guide dans votre quotidien (démarches administratives…);
  • vous donne des conseils (gestion de classe, organisation du travail, évaluation, relation avec les collègues, les parents…) ;
  • vous aide à chercher et à analyser les ressources pédagogiques et didactiques pour choisir celles qui conviennent aux besoins des élèves, en conformité avec les programmes et référentiels;
  • vous accompagne pour une utilisation efficace de ces ressources ;

un collègue, un pair

  • qui vous accueille dans ses classes ;
  • qui vient dans les vôtres ;
  • qui échange avec vous pour vous aider à analyser vos pratiques ;
  • qui vous aide à comprendre les comportements et réactions de vos élèves ;
  • qui vous oriente vers les bonnes personnes en fonction des besoins que vous exprimez ou qu’il détecte ;
  • que vous pouvez solliciter, notamment en cas de difficulté.

 

Qu’est-ce que M@gistère?

M@gistère est une plateforme de formation continue vous permettant de vous former où vous le souhaitez. Vous disposez de parcours transversaux ou disciplinaires de qualité en auto-formation ou accompagnés vous permettant de consulter des ressources, de réfléchir à vos pratiques et/ou de réaliser des activités interactives à distance.

 

Zoom sur la formation hybride, découvrez le témoignage de Pierre-Julien, professeur contractuel d’histoire géographie.